Histoires d’ailleurs

2014
Editions Jets d’Encre
ISBN 978-2-35485-574-1


Un livre fascinant à raconter et colorier venu d’ailleurs, attend tous les enfants, petits-enfants, parents, grands-parents et toute personne désirant entrez dans le monde invisible !

Un ouvrage pédagogique rempli de douceur qui interpelle !

A commander auprès des librairies, sur internet ou directement à l’« éditeur »Egalement en vente au cabinet chf 24.60

Interview de Lynne Mabillon sur le livre « Histoires d’ailleurs »

NRTV – Art’O Baz – 29 janvier 2015

« Qu’est-ce qui se passe quand on est mort? »

« C’est quoi, un fantôme? »

« Et les esprits, ça existe? »

La disparition d’un être aimé amène souvent les enfants à se poser une foule de questions. Et ce n’est pas toujours facile de trouver les réponses, même auprès de ses parents… A travers des petits contes imprégnés de diverses cultures et croyances, Nathalie Chiaureli, leur offre des conseils aussi précieux qu’avisés. Un ouvrage tout en douceur et en poésie, qui ouvre l’esprit et apaise les pensées.


Message pour les enfants

Regarde à la fin du livre, il y a un marque-page que tu peux colorier et découper. Utilise-le pour le glisser entre deux pages pour te  rappeler où tu en es ! Bon Coloriage et Douce Lecture !


Extrait du livre

« Dans l’après-midi, le téléphone sonne. Mon père répond, puis raccroche et vient nous annoncer la triste nouvelle: mon grand-père est décédé. C’est là que j’apprends un nouveau mot: « décédé ». Cela signifie que l’on est mort. Parti, mais sans pouvoir revenir…. Ma grand-mère et ma mère éclatent en sanglots et moi je me réfugie dans ma chambre pour pleurer. Maman vient par la suite me voir pour me dire que grand-père est sûrement bien là où il est, car il n’éprouve plus de douleur. C’est à ce moment-là que je commence à réaliser ce qu’est la mort, c’est-à-dire le manque, ne plus voir la personne que l’on aime, ne plus pouvoir lui téléphoner ou la serrer dans ses bras. Ce soir-là, je m’endors en pensant à lui. Le lendemain matin, tout le monde est encore triste, mais il faut préparer son enterrement… »